Nouvelles Créations


Le rêve de Mesmer

 

Bonjour et une toute bonne année 2019

La Cie Tania De Paola a le plaisir de vous annoncer sa prochaine création:

Le rêve de Mesmer

DU 5 AU 15 FEVRIER 2019

Au Théâtre PullOff, Lausanne

Ma, Je, Sa - 19h Me, Ve - 20h Di - 18h

Jeudi, 7 Février 2019 à 20h30 Conférence sur Gustav Mesmer par Lucienne Peiry - Directrice de la Collection de l’Art Brut à Lausanne pendant 10 ans

Vous pouvez effectuer votre réservation via le site du théâtre:

www.pulloff.ch

Téléphone: 021 311 44 22

Une célèbre comédienne ayant totalement perdu le contrôle de sa vie est internée dans une maison de repos. Sa carrière est compromise. Les valeurs auxquelles elle s’agrippait ont fait de sa vie un enfer inéluctable. Elle devra s’en détourner. Depuis le balcon de sa chambre, qu’elle ne peut quitter, elle assiste au manège d’un artiste un peu fou, le silencieux Gustav Mesmer. Celui-ci construit des machines volantes insolites qui ne volent jamais, mais cela ne semble pas le décourager.


Au plaisir de vous voir lors d'une de nos représentations

Nos meilleures salutations.


Cie Tania De Paola

 
 
Untitled-2.jpg
 

CATEGORIE DE SPECTACLE -Théâtre-danse et théâtre d'objet - tout public - 1h 20 - Une comédienne, un danseur et trois musiciens. Thèmes : ”réaliser ses rêves” - ”folie, conformisme et liberté”.

 

RESUME DU SPECTACLE - Il s’agit d’une romance poétique inspirée de la vie de l’inventeur et artiste allemand Gustave Mesmer (1903-1994) ainsi que d’un texte écrit spécialement pour l’occasion par l’auteur suisse Attilio Sandro Palese. Nous créons sur scène une rencontre inédite entre un personnage réel (Gustave) et un personnage fictif féminin qui représente l’allégorie des actrices archétypes. Ceci se fera à travers la danse, l’objet, le texte et la musique live.

 

Gustave fût accusé dans sa jeunesse de troubles schizophréniques et paranoïaques et a dû passer trente cinq ans de sa vie dans l’hôpital psychiatrique allemand, Bad Schussenried. Là-bas et pendant toutes ses années d’internement, il ne songe qu’à voler. En 1964, enfin libéré, il s’installe dans un minuscule village. Et c’est dans un étrange atelier qu’il construit enfin son rêve. D’abord, il fabrique les machines volantes que lui inspire son imagination. Ensuite pour les tester, il les chevauche et dévale vaillamment une pente, toujours la même. Toutefois sans aucun résultat probant. Ses prototypes ne parviennent pas à l’amener dans les cieux. Mais jamais il ne renonce à son rêve. Ni jamais, il ne perd son sourire. Car in fine, c’est peut-être simplement son rêve qui lui donne des ailes et qui lui permet de voler au-dessus de la réalité. C’est le voyage et non la destination qui procure joie et satisfaction à Mesmer.

 

Le personnage féminin est une voisine de Gustave. Une femme exubérante et pourtant si fragile qui est internée dans l’hôpital psychiatrique avoisinant l’atelier de Gustave. Son tumulte intérieur, fait de questions sans réponses, de besoins jamais satisfaits, de désirs contradictoires, l'empêche d’agir. Son impuissance à calmer cette agitation douloureuse, la terrorise. Elle est une rivière de paroles et ne cesse de dévaler les pentes de la pensée sans jamais parvenir à en décoller pour vivre le présent. Obsédée par sa quête du bonheur et son besoin de reconnaissance, elle est intriguée par la spontanéité de Gustave et par cette faculté qu’il a de vivre joyeusement ses échecs. Cet étrange personnage qui ne prononce que les trois sempiternels mots ”c’est pour voler !”-ce marginal- semble avoir saisi ce bonheur qui lui échappe. Elle passe donc quelques temps aux cotés de cet homme toujours heureux, qui jamais ne l’interrompt et pour qui tout semble simple.

 

INTENTIONS ARTISTIQUES - Ce spectacle est aussi un terrain d’investigation artistique. Tania de Paola doit inventer une gestuelle particulière liée à l’handicap mental de Gustave et à son rapport au vélo-machine-volante qu’il ne quitte  jamais de scène. Il y a également un travail non conventionnel pour Yves Besson concernant l’objet.  Son défi est d’animer les inventions mécaniques de Gustave en un bestiaire d’êtres imaginaires mobiles qui ont pour base un seul et même objet : son vélo. Yves Besson se charge aussi de la scénographie qui représente un grand champ de blé jaune d’or.

 

Il s’agit d’une approche nouvelle de l’art du mouvement dansé et de l’objet au service de l’histoire.

 

Jérôme Baur est le compositeur de la partition musicale et sonore. Il a choisi de représenter les  différentes dimensions de Le rêve de Mesmer, telles que la réalité, le quotidien, la folie, l’imaginaire et les rêves à travers les musiques poétiques ou mélancoliques tziganes, balkanes, maliennes et contemporaines. La composition est créée pour un trio qui joue sur scène.

Cette histoire dense, philosophique, humaine, pleine de poésie et d’humour se raconte aussi dans le texte d’Attilio Sandro Palese qui s’inspire de toutes les actrices-divas connues ainsi que sur la maladie de la dépression. Il dirige aussi le jeu d’acteur. Enfin, nous développons la dimension olfactive du spectacle avec Michel Roudnitska, parfumeur-nez à Grasse en France.